Une nouvelle clôture

Après plus de 10 ans, il était temps de rafraîchir la clôture.

C’est désormais chose faite, grâce à la collaboration généreuse d’un voisin, qui a bien voulu nous prêter de quoi faire des trous de plus de 40 cm de profondeur en perçant le ciment utilisé au bord du Rond pour stabiliser les pavés.

Il a fallu percer 46 trous pour 46 piquets de 1,50m de hauteur et 5 cm de diamètre.

Chaque piquet a été coupé en deux et la moitié a donc du être “épointée”. Tous ont du être percés pour y passer la corde de 12 mm de diamètre. Ce travail a été réalisé de main de maître par un autre voisin.

Belle réussite pour ce travail bénévole et collaboratif. Merci à chacun !

Les 46 piquets sont enfoncés de 40 cm et devraient rester verticaux quelques années…

 

Passage piéton

Yupee ! 

Cela faisait plusieurs années que je militais pour obtenir un passage piéton vers le Rond de Jardin. Les premières réponses de la mairie ont été “cela ne se fait JAMAIS, on ne traverse pas pour aller vers un rond-point”. Alors ma réponse fut, “si c’est un rond-point, le stationnement autour doit être interdit !, or actuellement ce n’est pas le cas, donc ce n’est pas un rond-point !”

Gagné ! mais hélas cela va enlever encore 4 places de stationnement dans le quartier déjà bien saturé avec la proximité des Halles St Martin, de la fac de médecine et de l’hôpital.

En revanche, le jardin va devenir plus visible, et c’est une bonne chose ! cela va peut-être apaiser la circulation et d’ailleurs, ne devrait-on pas évoluer dans ce sens, celui de moins de voitures, de davantage de vélos, poussettes, piétons… vers une ré-appropriation de l’espace public pour un meilleur art de vivre en ville ?

 

Février : revoir la délimitation du jardin

Le ciel est tout bleu, il y a 13 degrés, les jonquilles et les magnolias sont en fleur. Ce temps printanier dure depuis une semaine.

Nous travaillons à rénover le petit grillage qui délimitait depuis 10 ans, le jardin. Le choix s’est porté sur une série de 22 piquets de bois de 75 cm de hauteur, espacés de 1m et reliés par une corde de jute (diamètre 12mm). Il faut percer les trous en bordure du Rond, pour enfoncer les piquets sur 40 cm de hauteur. Heureusement nous avons les outils qu’il faut, car en bordure il y a un peu de ciment…

 

Janvier 2019

Le temps est si doux depuis le début de l’hiver que les lavatères semées en juillet dernier sont encore en fleur ! Les dalhias ne sont pas tous morts, on peut encore apercevoir un souci en fleur. Pourtant le printemps s’annonce puisque les primevères se réveillent et les camélias commencent à montrer leur belle couleur fushia.

 

Ce temps sans vent permet de s’activer un peu au jardin. Le plessage autour du pommier Galeuse a été refait, les framboisiers ont enfin été taillés et les benoîtes qui envahissent les pieds des rosiers Emera ont été arrachées. La benoîte coccineum a été plantée au même endroit, peut-être remplacera-t-elle les disgracieuses “Geum urbanum” ?

Des floraisons d’amaryllis belladona et de tulipes turkestanica (“espèce du tulipe native de l’Asie centrale, particulièrement de Tien Shan, les montagnes Pamir et le nord-est de la Chine. Elle croît sur les pentes rocheuses des montagnes ou sur les bords des cours d’eau à une altitude de 1800 à 2500 mètres” selon Wikipedia) sont attendues au printemps. Mais février n’est pas encore passé. Que nous réserve-t-il ? Faudra-t-il bientôt sortir le voile d’hiver ?

 

Décembre

Depuis une dizaine de jours, il n’y a plus une feuille aux arbres. Le temps est humide et les quelques couleurs qui restent au jardin se remarquent encore mieux. Le pommier d’ornement montre fièrement ses petites pommes. Des lavatères semées en juillet sont encore en fleur, mais les dahlias sont maintenant à la peine pour fleurir. Il reste Centranthus macrosiphon qui fait de charmantes petites tâches roses dans le parterre mais il faut bien regarder pour les apercevoir ! Les derniers bulbes de tulipes, les turkestanica, viennent d’être mis en terre en bordure de la parcelle de dahlias. Le printemps reviendra sûrement !

Park(ing) day et troc de graines

Hier a eu lieu le 7ème troc de graines de Brest-centre mais la pluie était de la partie. Cette pluie tant attendue, est arrivée au mauvais moment pour un échange de graines !  C’était aussi le jour du Park(ing) day. Le stationnement était interdit autour du Rond et l’association Brest A Pied et A Vélo organisait une fête du bénévolat et des ateliers vélo. Mais vraiment trop de pluie. La joyeuse équipe est restée le temps d’une photo sur le passage piéton éphémère et s’est réfugiée au sec dans ses locaux. Graines@brest a maintenu sa présence, comme prévue de 14h à 17h ; la pluie est devenue intermittente au fil de l’après-midi pour cesser complètement. Pas le temps de s’ennuyer, finalement le temps a passé vite, il y a eu en continu un peu de monde et toujours des personnes contentes d’échanger et de partager. Just avant le remballage, un correspondant du Télégramme est passé pour écrire quelques lignes dans le journal de demain sur la semaine de la mobilité ! Il est reparti avec des feuilles de kale, un bouquet de sarriette et un morceau de brownie breton à la farine de sarrasin !

il pleut beaucoup !

Le passage piéton éphémère.

En absence

Cela fait 6 semaines que je n’avais plus de nouvelles du Rond de Jardin. A quoi peut-il ressembler après la longue période de canicule de juillet ? Heureusement, j’ai reçu hier cette photo, prise par Bénédicte et légendée “On dirait que tu as du renfort pendant ton absence…”. Cela m’a fait vraiment plaisir ! C’est sûr, il y aura encore du travail (et du plaisir) au retour de vacances.